Manger mieux & limiter les pertes

Dans le service restauration des Hôpitaux Robert Schuman, l’idée d’agir en faveur d’un développement durable a germé depuis plusieurs années, pour éclore aujourd’hui à travers des actions aussi simples qu’efficaces. Dès 2011, deux axes ont été définis en réponse à la production jugée trop importante de déchets alimentaires. Le premier visait à inciter les consommateurs à manger mieux, le second, à limiter le gaspillage alimentaire. La restauration collective hospitalière s’accompagne en effet de pertes inévitables, soit parce que la production est plus importante que la consommation, soit parce que les consommateurs jettent une partie du contenu de leur assiette. Et pour ces deux problématiques, les Hôpitaux Robert Schuman ont trouvé des réponses astucieuses et brillantes !
Pour des raisons d’hygiène évidentes, tout aliment sortant des cuisines ne peut être redistribué : il faut donc le jeter. Pour autant, il peut être réutilisé. C’est le cas ici, où tous les retours alimentaires sont collectés dans une poubelle « verte » et recyclés pour produire du biogaz. Quant aux surplus, qui n’ont pas quitté les cuisines, et qui sont donc encore parfaitement comestibles, ils sont redistribués à des personnes dans le besoin, grâce à l’intervention d’associations, qui viennent les retirer pour les attribuer aux plus démunis. Moins de gaspillage, plus de solidarité ! Des actions au caractère concret et positif qui ont des répercussions à plusieurs échelles simultanément : humaine, écologique, solidaire, économique, environnementale…
Au niveau de la politique des achats aussi, la prise de conscience a depuis longtemps orienté les choix des Hôpitaux Robert Schuman. Ainsi, les produits issus de l’agriculture luxembourgeoise, locale ou biologique sont largement privilégiés, tout comme la recherche d’une alimentation saine, de produits non transformés, sans OGM ou issus du commerce équitable. De nombreuses mesures, simples mais ayant une portée large, contribuent à un développement durable